Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Les Bateaux Bus, c’est pas gagné…

Publié le 12/12/2009

Chers amis, à la lecture de l’article de Sud-Ouest  de ce samedi matin 12 décembre 2009, " Le débat sur les navettes fluviales est relancé ",

Chers amis, à la lecture de l’article de Sud-Ouest  de ce samedi matin 12 décembre 2009, " Le débat sur les navettes fluviales est relancé ", on se rend bien compte, depuis 15 années, de la volonté des services publics de ne pas vouloir développer ce service de transport doux sur la Garonne. 

Ceci est particulièrement rageant quand on voit les raisons invoquées :  

L’ARGENT : On se borne à comparer notre projet à la tentative mise en œuvre par la CUB de proposer une navette sans arrêts entre Lormont et le pont de pierre, un peu comme si un tram partait de Lormont pour aller à Mérignac sans arrêts intermédiaires.

Au cours de cette expérience, il est apparu que les usagers lormontais qui avaient à se rendre au pont de pierre et vice et versa n’étaient pas légion et que l’on s’assurait ainsi d’un déficit important… Quoi que !!! 

Le projet que nous proposons est un véritable réseau de transport en commun fluvial avec de nombreux arrêts intermédiaires assurant une démultiplication des utilisateurs de ce mode de transport. 

Dans cet article, il est noté  " que les conseilleurs ne sont pas les payeurs " et bien si ! Justement ! Pour la plupart des défenseurs de ce projet nous sommes les payeurs puisque contribuables sur la CUB. 

Vouloir rendre impossible ce projet pour des raisons financières pourrait être perçu comme indécent. 

Alors que la CUB et la Ville de Bordeaux sont prêtes à mettre 55 millions d’euros pour un centre culturel du vin et 240 millions d’euros pour un grand stade, il est difficile de démontrer que l’on ne peut pas investir 2 ou 3 millions d’euros dans la mise en œuvre de ce réseau de bateaux bus, ni trouver les quelque 200 000 euros par an pour combler un éventuel déficit (service public). Ce qui, faut-il le rappeler, ne correspond même pas au coût d’une journée de déficit du réseau de TRAM et de BUS de la CUB… J’avoue que là, je ne comprends pas très bien !!! 

En ce qui concerne le " DEVELOPPEMENT  DURABLE " :  

Alors que tout le monde se gargarise de développement durable, de Copenhague, d’Eco quartiers, de cellules photovoltaïques, de déplacements alternatifs… et que ce même monde fête la 1ère pierre d’un ouvrage qui va laisser passer, en centre ville, quelque 45 000 voitures par jour, comment ne pas enrager de constater qu’un système complémentaire de transport doux, très peu polluant, ne suscite que des réticences… Tout cela ne tient pas. 

Que mes adversaires politiques ne se saisissent pas du dossier, on peut le concevoir, c’est logique.

Que mes amis élus se refusent à prendre en compte ce projet peu coûteux, qui s’inscrira dans l’histoire des transports de la ville, alors cela me touche.

Je suis prêt à expliquer au premier d’entre eux mes motivations et mes arguments afin qu’il puisse avoir une vision plus claire du projet que ce qui lui est présenté par des techniciens peu sensibles à l’utilisation du fleuve ou par des bureaux d’études qui compliquent souvent des sujets on ne peut plus simples.

Je rappelle qu’un service identique fonctionne parfaitement à Nantes depuis des années.

Alors que nous reste t’il, sinon de se regrouper, et faire en sorte que les contribuables que nous sommes, imposions qu’une partie de notre argent soit utilisée pour la mise en œuvre de ce réseau de bateaux bus, qui fera changer la physionomie de notre Garonne, tout en rendant un service public de qualité et durable, puisque le mot est à le mode ?

Que nous soyons de droite ou de gauche, voilà un vrai projet politique, qu’ensemble nous devons porter… Ce projet commun, pour le bien de tous, attendu et plébiscité par une multitude de citoyennes et de citoyens, c’est l’essence même de l’action républicaine. 

Philippe Dorthe
Le 12 décembre 2009



retour page précédente...