Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Editos et billets... : Quelques réactions...

Publié le 25/08/2010

Le républicain Philippe Dorthe. (Alain RIBET « Objectif Aquitaine »)
Il y a un côté mousquetaire chez Philippe Dorthe. Il dégaine sa rapière – son stylo en vérité – pour traduire sa colère, lui qui dit souvent « je suis en colère...


Le républicain Philippe Dorthe.(Alain RIBET" Objectif Aquitaine ")

Il y a un côté mousquetaire chez Philippe Dorthe. Il dégaine sa rapière – son stylo en vérité – pour traduire sa colère, lui qui dit souvent " je suis en colère... " A quel titre finalement ? Eh bien Dorthe est comme il le dit, " un élu local de la République ". Un élu socialiste, conseiller régional d’Aquitaine et conseiller général de la Gironde.

Cet ancien cheminot publie éditos et billets, chaque jour ou presque, sur ce qui le met en colère : une décision politique locale ou nationale ; les traitements faramineux de grands patrons ; la destruction d’un ouvrage d’art dans sa ville. Chaque jour, finalement, lui donne du grain à moudre à la meule du bon sens. Dorthe a compilé beaucoup de ses écrits de 2006 à 2010.

Elle est fulgurante la rapidité de réactions de celui qui trouve toujours le mot juste pour appuyer là où ça fait mal, pour traduire avec sa plume-porte-voix ce que le citoyen anonyme pense le plus souvent et que l’élu aime d’une affection sans calcul.

Laurent Fabius – excusez du peu ! - préface l’ouvrage de Philippe Dorthe et dit bien, que ce bouquin là doit être " consommé sans modération ".

Mousquetaire Dorthe ? C’est sur. Il est même un d’Artagnan des temps modernes.

Une initiative judicieuse. (Christiane RESTIERMaître de conférences en sociologie politique à l'IEP de Bx)

Nous assistons aujourd'hui à une mutation des supports de la communication politique caractérisée entre autres par une multiplication des blogs des élus ( dont les tout premiers n'ont émergé en France qu'en 2004 lors des élections régionales et européennes).
C'est vraisemblablement sur ces nouveaux matériaux que devra se pencher demain l'historien de la vie politique locale lorsqu'il tentera de cerner dans leur contexte les objectifs, les valeurs, les analyses et les processus de prise de décision des élus.
Billets et blogs constitueront des "traces" au sens archéologique du terme; à la fois très riches mais éminemment fragiles car éphémères et sujettes à destruction ou disparition.
Aussi est-ce une initiative judicieuse que d'avoir eu l'idée de rassembler en un support
qui pourrait apparaître bien désuet - un livre!- des réflexions et prises de position ancrées dans l'instantanéité de la vie ordinaire d'un élu certes local mais qui se revendique "élu local de la République".

Le livre de Philippe Dorthe s'impose pour mieux comprendre le quotidien de ces fantassins de la République que sont les élus locaux
. (Philippe Foussier, rédacteur en chef de Communes de France)

Conseiller général et régional, Philippe Dorthe appartient à cette cohorte d'élus locaux dont on entend peu parler mais qui constituent l'ossature de notre démocratie. Ceux-là mêmes qui sont vilipendés avec une démagogie aux relents populistes tant par la technostructure parisianiste -Jacques Attali en est l'archétype- que par l'équipe Sarkozy - Fillon, qui semble avoir trouvé là des
boucs émissaires faciles pour esquiver ses responsabilités dans le domaine des déficits publics comme de la sécurité des personnes et des biens. Entre autres.

Philippe Dorthe vient donc de publier un petit livre qui reprend des articles qui eux-mêmes illustrent le quotidien d'un élu local intervenant dans des domaines variés, du patrimoine à l'écologie, de l'urbanisme aux transports. Sans oublier de toujours relier son action locale à des principes et à des convictions fortes : républicaines et socialistes.

Car Philippe Dorthe sait - comme beaucoup d'élus- que la gestion locale peut avoir un effet émollient sur les convictions politiques. Il pointe d'ailleurs avec pertinence les dangers du consensualisme qu’entraîne presque mécaniquement la pratique de
l'intercommunalité, en forçant droite et gauche à s'entendre pour gérer. Or, tant au plan local que national, le clivage politique est plus qu'utile : il est indispensable.

Philippe Dorthe le démontre là aussi avec éloquence. C'est lorsque les citoyens ne font plus la différence entre droite et gauche qu'ils désertent les urnes, dénonçant une " classe " politique éloignée de ses préoccupations quotidiennes et concrètes. Tandis que le gouvernement entend faire voter par les parlementaires un texte recentralisateur sur les collectivités locales et qu'il les garrotte financièrement dans le même temps, la lecture du petit opuscule de Philippe Dorthe s'impose pour mieux comprendre le quotidien de ces fantassins, de ces soutiers de la République que sont les élus locaux. Car en France, pour des raisons historiques et politiques, les corps intermédiaires, ce sont principalement les élus locaux. Lorsqu'on les empêche d'agir, c'est à la démocratie même qu'on s'attaque.

BON DE COMMANDE



retour page précédente...