Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Bordeaux-Nord : Une galette très politique

Publié le 01/02/2011

Jeudi 27 janvier, Philippe Dorthe, conseiller régional d’Aquitaine et conseiller général du premier canton de Bordeaux, a sacrifié à la traditionnelle galette républicaine qui a réuni plus de 200 personnes salle Pierre Tachou-Point du jour.

Plusieurs élus bordelais ont répondu également présents comme le sénateur Alain Anziani,  Daniel Jault, conseiller général du 7ème canton, Jacques Respaud, conseiller général du 6ème canton, Vincent Maurin, conseiller municipal de Bordeaux, Pierre Chamouleau, conseiller municipal de Bruges ainsi que Pierre Catard, secrétaire de la section PS du Bouscat.

 

Sandrine Doucet, secrétaire de la section PS de Bordeaux-Nord, a ouvert le ban en rappelant les difficultés consécutives à la politique gouvernementale, source de multiples inquiétudes pour les français.

 

Pour Alain Anziani, sénateur de la Gironde, l’année 2011 doit être la « dernière année de Sarkozy et de son gouvernement au pouvoir », coupables de trois fautes majeures. « Une faute sociale dont le symbole est la réforme des retraites puisque les plus pauvres vont cotiser pour les plus riches. Une faute financière avec le gouffre de la dette publique qui s’élève à 1600 Milliards d’euros. De ce fait, la principale dépense de l’Etat est le remboursement des intérêts de cette dette à hauteur de 40 Milliards d’euros. Enfin, une faute morale qui s’exprime par un mépris des français et des peuples à l’instar du peuple tunisien » a-t-il argumenté avant d’appeler au rassemblement des socialistes pour 2012.

 

En suivant, Martine Diez, conseillère municipale de Bordeaux, a cadré son intervention sur les préoccupations quotidiennes des habitants de Bordeaux Nord, avec notamment la problématique du cadencement du tramway jusqu’à Bacalan ou encore la réalisation du pont Bacalan-Bastide générateur de nuisances. Elle a, parallèlement, apporté un hommage appuyé aux associations du quartier et à leur action.

 

Dilution de l’action des collectivités

 

L’esprit de la décentralisation, l’engagement des collectivités sur les territoires et singulièrement du Conseil général de la Gironde mis à mal par la réforme des collectivités territoriales, tels ont été les sujets évoqués par Philippe Dorthe. Mais surtout, le conseiller général du premier de canton de Bordeaux a fermement fustigé la posture de la Ville de Bordeaux « qui systématiquement s’attribue le bénéfice des actions soutenues financièrement par le Conseil général, le Conseil régional et la CUB ». Un procédé dont le résultat tend à diluer l’action des collectivités et de leurs représentants élus. Il a souligné l’implication du Conseil général sur le canton qui a voté une enveloppe de 3,3 millions d’euros en 2010 pour mener à bien plusieurs projets et travaux et soutenir la vie associative.

« De plus, le Fond Départemental d’Aide à lEquipement des Communes (FDAEC), enveloppe confiée par Philippe Madrelle, président du Conseil général, m’a permis de subventionner de nombreuses initiatives et des travaux d’amélioration d’infrastructure : l’équipement du Jardin de Dupaty, l’aménagement de la salle Gouffrand, le cheminement piéton pour les personnes âgées de la RPA Lumineuse, l’achat du fond DVD de la bibliothèque des Aubiers, la climatisation générale de la bibliothèque de Bacalan, la réfection de la rampe pour handicapés donnant accès à la salle Point du jour, l’insonorisation du gymnase de l’école Labarde, les deux monuments aux morts de Bacalan et bien d’autres choses encore » a-t-il souligné. De surcroît, au-delà de ses compétences obligatoires, le Conseil général contribue à l’essor des entreprises. Pour preuve, une aide attribuée à une société innovante spécialisée dans les murs d’images qui a pris son envol aux bassins à flot pour devenir une des plus dynamique de France.

 

Alternative culturelle

 

L’action d’un conseiller général est parfois de longue haleine, la fierté n’en étant que plus grande. Ainsi, Philippe Dorthe a rappelé le long cheminement qui a conduit à refondre les Archives départementales. Un nouveau bâtiment et une technologie de numérisation de pointe pour un espace dédié à la mémoire du département et de ses habitants. « Ce lieu est désormais ouvert et il fait référence. C’est un élément de dynamisation du quartier des Chartrons » a-t-il déclaré.

 

Moins de fierté cependant, voire pas du tout concernant deux projets prônés par la Ville de Bordeaux qui vont impacter le territoire de Bordeaux Nord (et non de Bordeaux Maritime comme se plaît à le répéter Philippe Dorthe). Le Grand Stade et le Centre International du Vin, deux opérations financièrement lourdes à supporter pour les contribuables et les collectivités territoriales qui ont déjà des charges importantes à assumer dans leur domaine de compétence. « Je ne suis pas contre tous les projets, c’est pourquoi j’ai proposé un projet culturel alternatif qui pourrait prendre place sur le toit terrasse de la base sous-marine : concevoir et dédier un équipement d’ampleur internationale aux arts numériques et au numérique dans toute ses déclinaisons. Bordeaux n’a pas d’exception culturelle comme d’autres métropoles, il faut lui en créer une qui lui permette de développer son rayonnement» a-t-il soutenu en rajoutant qu’au-delà les centaines de milliers de visiteurs venus expressément pour ce « Guggenheim » du numérique n’en seront pas moins des clients inattendus pour la viticulture girondine. Philippe Dorthe a terminé son propos comme il le fait traditionnellement lors de sa galette républicaine en lançant avec sa faconde de tribun un « vive la République laïque, une et indivisible… ».



retour page précédente...