Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

"La France en libertés surveillées"

Publié le 02/06/2011

Compte rendu (rédaction Sylvain DELLAI) de la conférence organisée par la section socialiste de Bordeaux Nord « Auguste Blanqui » du Mardi 31 mai 2011
Invité : Mr. Pierre LANDETE avocat et écrivain.


Depuis la fin des années soixante-dix, la fin des Trente Glorieuses, nous sommes envahis par le développement de la logique sécuritaire.

En 2010, plus de 800 000 gardes à vue. Cela est l'image perturbante du paysage social français.
Le fondement même de la démocratie républicaine est la séparation des pouvoirs (Exécutif, Législatif et Judiciaire) or, force est de constater que cela n'est plus le cas (on tend vers la suppression du juge d'instruction). Une chape de plomb plane au dessus de la magistrature. Il faut résister sans cesse face à l'oppression, la place de l'avocat est niée.
Rappelons nous que le juge et l'avocat vont de pair, ces fonctions sont la clef pour garantir la liberté.
Une belle avancée est tout de même à signaler: le 15 avril 2011. En effet, l'avocat peut assister son client pendant toute la durée de la garde à vue. Cette loi émane du droit Européen.

I- L'immigration au coeur de la logique sécuritaire.

L’écho dernier à cette logique sécuritaire est l'expulsion des Roms. Depuis la fin du régime de Vichy, jamais une circulaire n'avait ciblé une population en particulier.
Il y a une criminalisation de la misère.
Chez nos voisins Italiens, la politique sécuritaire est braquée contre les immigrés de l'île de Lampedusa.
En France certains parlent de "risque d'invasion". Or, la France n'est pas dans cette configuration car les flux migratoires sont régulés, pas d'augmentation suffisante pour parler d'immigration et donc d'invasion ...
La politique gouvernementale est à l’origine d’une "rafle permanente", elle ne parle pas de la nécessité de réduire les flux migratoires mais parle plutôt "d'objectif" c'est l'image de l'idéologie sécuritaire.
Des centres de rétentions administratifs sont implantés : entre 40 000 et 60 000 personnes y séjournent chaque année. Dans ces centres, aucune structure spécifique pour les enfants, les femmes et les hommes, tous sont regroupés ensemble.

II- Vers l'ultra sécurité

Après les attentats du 11 septembre 2001, nous sommes intégralement plongés dans le monde du "tout sécuritaire" : sécurité routière, sécurité environnementale, sécurité civile, tolérance "zéro".
Dans ce monde là, des atteintes aux libertés individuelles ont lieu notamment avec la prison de Guantanamo où les détenus n'ont pas de statut défini, pas le droit de se défendre en faisant appel à des avocats.
En France depuis le 21 novembre 2007, une loi sur les tests ADN a été votée. On peut faire une identification génétique de filiation dans le cadre du regroupement familial des immigrés, tout est fait pour que l'individu soit corporellement identifiable.
"DEVENEZ CITOYEN VOLONTAIRE", après la création du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, ministère oh combien critiquable, aujourd'hui un citoyen ayant 17 ans révolu (même pas le droit de vote) peut devenir citoyen volontaire.
Cela consiste à aider gratuitement, police et gendarmerie en participant à des actions regroupées de surveillance. Cela favorise évidemment la délation. On y retrouve le concept vichyssois de la milice.
Dans un avenir proche nous serons surveillés et par l'Etat et par ces fameux citoyens volontaires.
Nous sommes clairement dans une politique comptable pour qu'à terme, il y ait moins d'agents de police, de gendarmerie.

Le cas d'un agent de sécurité a été évoqué illustrant les conséquences quant à une mention sur un des nombreux fichiers qui nous ciblent (EDVIGE…). Ce dernier a été licencié sans préavis après une investigation des renseignements généraux (maintenant appelés Renseignements Intérieurs, fusion des RG et de la DST), car il avait volé son institutrice à l'âge de 14 ans, ses employeurs étaient dans l'obligation de le licencier sous peine de fortes amendes, qu'importe leur avis sur le salarié.

III- Différents points de vue quand à la finalité « du tout sécuritaire »

La finalité de cette politique pourrait bien être l'assassinat de la République.
En effet, cette politique nous formate pour avoir peur, même de nous. Mettre sa ceinture, vérifier sa vitesse ...
Une sorte d'intériorisation du policier en nous, ce qui conduit à la dérive du "citoyen volontaire". Cette politique sert à faire reculer les mouvements sociaux !
Cette politique est mise en oeuvre par des synarques (ensemble des princes ou souverains qui dirige un Etat, autorité exercée par un groupe de personnes) pour mettre à mal la République afin de servir leurs propres intérêts ...
Les politiques seraient alors des sortes de "marionnettes" au service de ces puissants.
Ou alors simplement les politiques n'ont plus d'emprise sur la synarchie et déportent leur pouvoir là où ils le peuvent c'est à dire sur le citoyen.

La France est bel et bien en liberté surveillée, des dérives sécuritaires se multiplient (expulsion des Roms, citoyens volontaires), les citoyens sont de plus en plus surveillés et la cohésion sociale est menacée. Il est donc extrêmement important que le Parti Socialiste s'engage sur le terrain de la sécurité, car chaque citoyen y a droit.
C'est un thème cher aux Français et le Parti Socialiste étudie ce thème en respectant chacun dans son intégrité et ses libertés.

 

Compte rendu rédigé par Sylvain DELLAI, jeune militant de la Section PS « Auguste Blanqui »

 



retour page précédente...