Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Trois clés pour comprendre le pouvoir des synarques…

Publié le 30/06/2011

«Vous avez aimé « Indignez-vous » de Stéphane Hessel, vous allez adorer « Les trois clés des pouvoirs qui dirigent le monde » de Philippe Dorthe », a lancé en préambule le journaliste Pascal Rabiller...

«Vous avez aimé « Indignez-vous » de Stéphane Hessel, vous allez adorer « Les trois clés des pouvoirs qui dirigent le monde » de Philippe Dorthe », a lancé en préambule Pascal Rabiller, journaliste et animateur de la rencontre qui s’est déroulée mardi 28 juin à la librairie bordelaise La Machine à lire, en présence d’une cinquantaine de personnes.

 

« Les trois clés des pouvoirs qui dirigent le monde », dernier ouvrage de Philippe Dorthe, conseiller régional d’Aquitaine et conseiller général du 1er canton de Bordeaux, cible trois thèmes porteurs, nouveaux et a priori humanistes : le développement durable, le principe de précaution, le droit d’ingérence. Trois concepts politiquement corrects, relevant d’une noble idée mais en fait dévoyés car utilisés par le cercle fermé de la synarchie.

 

Qu’est ce que la synarchie ? C’est d’abord ce qu’a expliqué Philippe Dorthe en la comparant à l’oligarchie, le pouvoir de quelques privilégiés. La synarchie, beaucoup plus discrète, prend ses racines dans l’Antiquité et a réapparu (visiblement) en France dans les années 20, notamment dans le cercle des grandes banques et en particulier les banques Worms et Lazard, qui ont joué un grand rôle dans le soutient au fascisme italien et espagnol et au nazisme en Allemagne. Elle est en fait une supra-oligarchie, représentée par les grands noms du libéralisme mondial, les groupes financiers, les groupes de l’industrie du pétrole, de l’industrie pharmaceutique…et ce, de façon quasi héréditaire.

 

Ce cercle fermé influe sur la marche du monde et surfe sur les crises, un terreau pour asseoir une gouvernance dont sont dessaisis les politiques à l’instar de Nicolas Sarkozy, instrument de cette organisation. Il en sera certainement récompensé une fois le travail accompli.

Le rapport avec les concepts évoqués ? Une manipulation quasi permanente dont les bénéficiaires sont ces souverains du libéralisme. Par exemple, le principe de précaution : 97 Millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1. La pandémie n’a pas eu lieu, les vaccins sont aujourd’hui en voie de péremption, à qui profite le crime ! Par exemple aussi, le droit d’ingérence : la guerre en Irak décidée par le président des Etats-Unis dénonçant un « axe du mal », puis la mise en scène d’une attaque bactériologique, bref l’instillation du virus de la peur pour lancer une guerre dont on sait qu’elle a servi aux groupes pétroliers (Bush père et Dick cheney) pour contrôler les gisements d’or noir.

 

Car, la synarchie agit sur la peur et en tire toujours bénéfice comme ce fut le cas avec la crise de 2008. Une aubaine pour les banquiers.

« Le processus aboutit à mettre la démocratie en danger et de façon plus profonde que l’on ne croit » estime Philippe Dorthe. Alors, peut-on passer d’un Indignez-vous à un Révoltez-vous ?

 

Plusieurs auditeurs se sont interrogés. « Les révolutions sont imprévisibles, et comme l’a dit Jaurès, il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience» a relevé Philippe Dorthe. Son opuscule « Les trois clés des pouvoirs qui dirigent le monde » participe a cette prise de conscience.

 

Florence Féréol



retour page précédente...