Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Suite à l'article de SO. Tribune : Bassins à flot : enfin une bonne idée…

Publié le 08/09/2011

Je connaissais depuis plusieurs mois ce projet de chantier de maintenance aux Bassins à flot avec une réutilisation des formes de radoub.
Voilà un bon projet !


Je connaissais depuis plusieurs mois ce projet de chantier de maintenance aux Bassins à flot avec une réutilisation des formes de radoub.

Voilà un bon projet ! Un projet qui va dans le droit fil de la vision communautaire de reconcentration des logements en centre ville qui, comme le prône, l’écologie, doit théoriquement permettre aux gens de pouvoir travailler à proximité de leur habitat. Mais pour pouvoir travailler où l’on habite encore faut-il avoir des emplois sur place.

Le projet de chantier de maintenance navale est absolument intégré dans cette vision.

 

Asepsie

 

Nos urbanistes ont une vision beaucoup trop aseptisée de la ville. Certainement accentuée par une demande de certains politiques qui pensent que la sociologie investissant les lieux de vie aseptisés ponctués de quelques activités tertiaires leur assurerait un électorat favorable.

 

Le développement urbain et, en particulier celui des bassins à flot, doit reposer sur le

Triptyque « habitat – industrie – commerce ». C’est le seul axe qui permettra au génie du lieu de se réveiller. Ce triptyque a toujours engendré un bien-vivre composé de mélanges, de couleurs, de vie et de richesse. J’avais d’ailleurs dans mon ouvrage écrit en 2007 « Bordeaux, mode de ville » page 63 […« la réflexion urbanistique doit intégrer le principe de mixité sur les plans social et fonctionnel : éviter absolument des ensembles monolithiques et uni fonctionnels. Des échoppes doivent pouvoir voisiner avec des immeubles collectifs, des ateliers, des écoles, des crèches, des universités, des commerces, des espaces publics »…] 

 

 

C’est pour cela qu’il ne fallait pas détruire le pont du Pertuis et réduire ce même Pertuis de 24 m à 7,80 m, ce qui a obéré le développement économique du bassin à flots n° 2. Un passage de 24 m entre les deux bassins et l’utilisation d’une ou deux alvéoles de la base sous-marine auraient été parfaitement intégrées dans un projet de chantier naval sans dénaturer les actions culturelles de la base, bien au contraire.

 

Je suis donc farouchement pour ce projet qui est une chance pour Bordeaux Nord. Mais les grands urbanistes, c’est comme les grands politiques, les siècles n’en pondent que quelques-uns.

 

Je terminerai cette tribune en parlant des génies, moi qui n’en suis pas un et en paraphrasant Clemenceau « la guerre est une chose bien trop sérieuse pour être confiée à des militaires ». Il en est certainement de même pour l’urbanisme.

 

Philippe Dorthe

Le 08 septembre 2011.



retour page précédente...