Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Remise des Palmes Académiques à Jean-Pierre KNER : Discours !

Publié le 17/05/2013

Tu es l’exemple de ce que notre république est en train de perdre peu à peu : Le bénévolat. Notre société change, l’égoïsme, le replie sur soi gagne du terrain.



Bordeaux (Bacalan) le 17 mai 2013

Remise des Palmes Académiques

à

Jean-Pierre KNER

Par

Philippe DORTHE

Conseiller général de la Gironde (Bordeaux 1)

Conseiller régional d’Aquitaine

 

Notre ami Jean-Pierre KNER est né à Dax le 1er décembre 1956.

Pendant 7 années avec son Père Jean et sa Mère Simone, il va se déplacer régulièrement au grès des chantiers réalisés par l’entreprise de charpente métallique où travaille son Père comme Chef d’Equipe.

En 1964, au cours de la construction de la centrale thermique d’Arjuzanx  dans les Landes, Jean, ton Père,  chute du haut de la charpente de la centrale et décède de cet accident du travail.

Le jeune Jean-Pierre se retrouve seul avec Simone. Ils s’installent à Bacalan, Chemin Lafitte.

Plus tard ta maman refera sa vie avec André HABAS, dit Dédé et une grande famille se forme avec les enfants de Dédé que tu as toujours appelé mes frères et sœurs.

Tu fréquentes l’école Labarde, puis le collège Blanqui et enfin tu vas suivre des études techniques d’électromécanicien au CET du Vigean, aujourd’hui le LEP Charles Péguy à Eysines.

Là, nous allons faire connaissance et nous lier très rapidement d’amitié. Nous partageons la même formation et le même prof de gym, mon Père Pierre.

Après la réussite de ton examen, tu vas pendant 3 ans exercer ton métier dans le privé, mais tu décides rapidement de choisir la voie du service public en rentrant en 1977 à EDF.

Là tu es nommé à la centrale d’Arjuzanx, une sorte de passage de témoin de ton Père écrit dans ton destin…

Déjà le besoin de servir et de défendre les autres se fait sentir et tu deviens secrétaire de la section CFDT de la centrale, puis délégué du personnel…

Quelques années plus tard tu es muté à Bordeaux où tu continues ta carrière d’Agent EDF.

En 1980, tu rencontres la belle Sylvie que tu épouseras 2 ans après et avec qui tu auras 2 beaux enfants : Mélanie qui arrive en 1985 et Benjamin en 1989.

A Bacalan, alors que Sylvie est très active à la FCPE, tu décides, après une discussion très persuasive avec un ami, de t’engager politiquement au PS.

Mais c’est la vie associative qui t’attire le plus, et c’est à la fin des années 80 que tu adhères à l’Amicale Laïque de Bacalan.

A l’époque c’était Serge Balabriga qui était Président, puis Cayo Herréro, que tu remplaceras à ce poste en 1990, poste que tu quitteras en 2011 pour laisser la place à Jean-Pierre Roland, le Président actuel.

Une longue présidence, mon cher Jean-Pierre qui bouleversera la vie de l’Amicale. Très vite tu vas mettre en œuvre de nouvelles activités, comme la mini school. 

Mais c’est en 2000 que tu prendras une décision majeure. Profitant des travaux de reconstruction de l’école Charles Martin, tu vas proposer au Conseil général d’octroyer une subvention de fonctionnement à l’Amicale, pour  louer un local permanent.

Ce local est celui que vous connaissez tous, à l’angle de la rue Joseph brunet et de la rue Duquesne.  Jusque là, l’association avait pour siège social l’école Charles Martin.

Avec ces nouveaux locaux, notre amicale, toujours sous ton impulsion, passe à la vitesse supérieure avec l’arrivée de l’atelier informatique, de l’atelier d’initiation des allocataires du RMI à l’informatique, puis l’atelier photo, l’atelier peinture et sculpture ainsi que l’accompagnement scolaire.

Mais elle passe également à la vitesse supérieure avec l’arrivée de permanents, les emplois jeunes de l’époque étant passés par là.

J’en profite pour les saluer tous et particulièrement le 1er d’entre eux Fabien Hude.

Tu seras également pendant toute ta présidence un élément majeur des dispositifs inter associatifs dont les actions continuent à animer notre quartier. Je te laisserai, mon cher Jean-Pierre, le soin de détailler bien mieux que moi tout ce que tu as impulsé pendant ton mandat.

Mes chers amis, Jean-Pierre KNER fait parti de ces hommes et femmes qui ont voué leur vie aux autres et sans contre partie.

Jean-Pierre est  un homme à l’amitié fidèle, un homme sur qui on peut compter, une sorte de socle bien ancré dans son quartier.

Jean-Pierre KNER, fait parti de ces indispensables, ceux là dont on a besoin pour tout. Il sait tout faire, trouver un groupe électrogène à minuit, monter un budget prévisionnel, gérer un CA parfois un peu gaulois, aux vives discussions… ne sommes nous pas à Bacalan ?

Jean-Pierre est un Homme fin, à l’analyse juste. Il sait prendre du recul sur les choses, il est aussi, souvent, pour l’élu du canton que je suis, un excellent conseiller.

Tu fais parti, Jean-Pierre, de ce que la République à de plus beau, « le citoyen engagé ».  Le citoyen investi pour les autres, et particulièrement pour les enfants.

Tu es l’exemple de ce que notre république est en train de perdre peu à peu : Le bénévolat. Notre société change, l’égoïsme, le replie sur soi gagne du terrain.

De plus en plus dans tous les milieux  et y compris associatif, la mentalité « trader » se développe, cette sorte d’opportunisme où chaque action attend un retour.  

Notre ami Jean-Pierre représente, ces hussards laïques qui au côté des enseignants tiennent encore la tranchée de la République, de notre République qu’une mondialisation effrénée affaiblie tous les jours un peu plus.

C’est bien pour cela Jean-Pierre, que la République te dois bien l’honneur qu’elle te fait en te décernant, dans la hiérarchie des distinctions républicaines, le 3ème ordre de la Nation, celui des Palmes académiques.

Enfin, à titre personnel, je te dis combien je mesure ma chance d’être compté parmi tes amis.

Philippe Dorthe.



retour page précédente...