Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Journées d’études sur le patrimoine viticole d’Aquitaine : Discours d’ouverture de Philippe Dorthe

Publié le 13/10/2013

Tout voir pour mieux sélectionner, mieux étudier, mieux comprendre, pour bâtir l’histoire d’un territoire, pour renouveler notre connaissance par une vision la plus large possible...

Mesdames et messieurs, Chers Amis,

 

Depuis la décentralisation de l’Inventaire général, il y a maintenant presque 10 ans, le président Alain Rousset et moi-même avons fait un pari ambitieux, un pari qui prenait pour point de départ la reconnaissance d’une compétence scientifique chargée d’étudier le patrimoine, une compétence insuffisamment connue du grand public et qui pourtant avait largement passé le territoire national au crible, une compétence animée par des hommes et des femmes qui avaient développé au fil des années une expertise très pointue dans leur domaine et sur leur région, enfin une compétence qui pouvait s’enorgueillir en 2004 d’avoir produit environ 900 publications, ce qui restait alors le plus beau catalogue sur le patrimoine français. Ces constats demeurent aujourd’hui, en particulier sur l’effort éditorial qui s’est poursuivi et même accentué depuis la décentralisation. A la veille du 50e anniversaire de la création de l’Inventaire général en 1964 sous l’égide d’André Malraux et du 10e anniversaire de la loi de 2004, le bilan de cette décentralisation à l’échelle nationale est sans ambiguïté : les services régionaux de l’Inventaire n’ont jamais été aussi dynamiques que depuis leur transfert à la Région. Ils sont devenus autre chose sans pour autant avoir délaissé les fondements même de leurs missions.

 

Recenser, étudier et faire connaître le patrimoine architectural et mobilier voilà des mots qui sonnent comme une devise, des mots que l’on entend régulièrement à propos de l’Inventaire général. Tout voir pour mieux sélectionner, mieux étudier, mieux comprendre, pour bâtir l’histoire d’un territoire, pour renouveler notre connaissance par une vision la plus large possible et pour faire de la connaissance la matière première de tous les projets de valorisation du patrimoine. En Aquitaine, nous parlons de quelques 20 000 dossiers sur les cinq départements, d’un fonds photographique de plus de 200 000 images, d’une bibliothèque spécialisée, de plus de 20 publications, de dizaines d’expositions et de conférences.

 

Voilà l’héritage que nous avons eu à comprendre et à intégrer dans une autre vision. Le pari que nous avons fait a consisté à bâtir une politique plus globale de valorisation du patrimoine aquitain, dont l’objectif était de faire de la Région l’institution de référence en la matière, notamment auprès des autres collectivités. Cet objectif a porté aujourd’hui ses premiers fruits, à l’image des projets que nous avons co-construits avec des villes comme Pau, récemment labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » et où une publication et un CIAP sont en préparation, Monpazier où nous avons inauguré un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) la semaine dernière, Urrugne ou encore Saint-Emilion où la publication d’un ouvrage de référence verra le jour l’année prochaine. Cette politique, qui s’appuie sur la nécessité de tisser un réseau de professionnels du patrimoine sur l’ensemble du territoire régional, se doit de mettre en cohérence aussi bien les recherches Inventaire et leur valorisation que l’aide à la restauration du patrimoine protégé et le soutien à la création d’équipements dédiés à la médiation du patrimoine comme les Centres d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP).

 

Au-delà de ces partenariats et du maillage du territoire que nous maintenons en permanence sur le métier grâce à notre politique régionale et à son règlement d’intervention, ce pari a pour principe d’être aussi ambitieux sur le volet médiation que sur le plan scientifique car l’un ne fonctionne pas sans l’autre. C’est ainsi que nous avons créé :

 

-          Une collection régionale grand public « Visages du patrimoine en Aquitaine » (3 premiers numéros : Val de Dronne / Urrugne / le verrou de vauban à Blaye et les prochains sur le domaine de Malagar de François Mauriac et Arcachon).

 

-          Un site Internet qui connaît des records de fréquentation : inventaire.aquitaine.fr

 

-          Un lieu ouvert au public place Jean-Jaurès à Bordeaux : l’Espace Patrimoine et Inventaire d’Aquitaine où vous trouverez un centre de documentation et une salle d’exposition qui abrite en ce moment même, et en résonance de nos journées d’études, une exposition sur le patrimoine viticole en Aquitaine.

 

-          Des projets en cours de réalisation comme la numérisation des photographies du service et leur mise à disposition sur Internet et la dématérialisation des dossiers Inventaire, là aussi en vue de leur large diffusion sur le web.

 

-          Dans les deux ans à venir, des publications sur Lacq, Saint-Emilion, Pau, l’estuaire de la Gironde, Arcachon et le canal latéral de la Garonne. Une diversité de sujets qui reflète la richesse de notre patrimoine régional.

 

Notre ambition scientifique s’est illustrée quant à elle d’abord grâce à des recrutements de qualité au sein d’une équipe qui s’est grandement renouvelée et rajeunie depuis 2004, et cela dans tous les domaines (recherche, photographie, documentation, politiques publiques), mais aussi grâce à des partenariats de plus en plus nombreux avec l’université avec l’objectif de créer une véritable dynamique régionale de recherche en histoire de l’art qui transcende les frontières de nos institutions. Cette ouverture est aujourd’hui plus que nécessaire.

 

Cette ambition scientifique s’est exprimée aussi par l’instauration d’une journée d’étude annuelle qui est organisée alternativement à l’hôtel de Région et chez un de nos partenaires. Après une première édition consacrée au patrimoine de l’estuaire de la Gironde en 2011 et une deuxième sur la ville de Pau, la troisième édition sur le patrimoine viticole se veut thématique pour s’intéresser peu ou prou à l’ensemble des territoires aquitains et même d’ailleurs. Pour la première fois toutefois, cet événement est organisé sur deux jours et inclura une sortie sur le terrain, en l’occurrence au château Haut-Brion à Pessac. Je peux même vous révéler que la 4e édition portera en 2014 sur le patrimoine de la vallée de la Vézère et aura lieu probablement au Pôle International de la Préhistoire.

 

Le principe de ces journées reste le même, croiser les regards sur un sujet car notre vision du patrimoine est rarement globale mais souvent contrainte par une discipline, une spécialité, des compétences. Pour tenter d’embrasser l’ensemble du phénomène, l’approche pluridisciplinaire est donc essentielle et source d’ouverture et de bien-être intellectuel ! Vous êtes finalement peu à étudier le patrimoine, alors autant partager et faire dialoguer ces savoirs et autant les confronter à des projets portés par des acteurs du territoire. C’est l’ambition que la Région se donne à travers ces journées d’études : réunir les disciplines scientifiques et réunir la recherche dans le domaine du patrimoine et ses possibles applications.

 

Cette exigence que nous nous donnons est d’autant plus nécessaire pour le patrimoine viticole qui croise de fait plusieurs enjeux : un patrimoine de grande qualité soumis à une nécessaire modernisation des outils de production, ce qui pose de sérieuses questions quant à leur conservation et à leur valorisation, une activité économique qui se diversifie en direction de l’œno-tourisme avec la nécessité d’une meilleure connaissance de ce patrimoine, une émulation certaine dans les grandes maisons quant au recours à une architecture contemporaine qui fonctionne comme un signal de prestige, des paysages emblématiques à préserver, etc.

 

 

Pour tenter de cerner l’ensemble des enjeux et des problématiques liés au patrimoine viticole, ces journées d’études ont été structurées en plusieurs temps :

 

-          Un temps consacré au rapport que l’Inventaire général a entretenu avec le patrimoine rural et viticole, de l’invention du concept au bilan des opérations menées en Aquitaine avec la présentation d’un cas de figure, en l’occurrence Pauillac.

 

-          Une table-ronde animée par Delphine Grail-Dumas, Directrice des formations, adjointe au directeur de l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux. Une table-ronde dont l’enjeu sera précisément de croiser les regards d’un conservateur, d’un propriétaire de château, d’un architecte et d’un professionnel de l’œno-tourisme sur le difficile équilibre à trouver entre conservation et évolution d’un patrimoine architectural qui est aussi un outil de production, tout cela à l’aune de l’émulation architecturale qui caractérise les grands domaines et qui laisse la voie libre à de grands noms : De Pei à Norman Foster, de Portzamparc à Mario Botta pour citer les plus célèbres.

 

-          L’après-midi sera consacrée à la structuration de l’espace viticole et fera la part belle à l’Aquitaine, les 5 interventions étant placées sous la modération de Philippe Roudié, professeur émérite de géographie à Bordeaux III.

 

-          Cette après-midi sera clôturée par une présentation des lycées viticoles d’Aquitaine. Je vous informe également qu’aura lieu ce soir, à 18h30, la remise du prix Mauriac dans le hall de la région et que vous y êtes toutes et tous conviés. Nous devrons évidemment terminer notre journée à 18h00 sans faute.

 

-          La matinée de demain, sous la modération d’Alain Beschi, mettra l’accent sur l’architecture viticole proprement dite avec cette fois-ci des incursions dans différentes régions françaises, comme la Bourgogne, Midi-Pyrénées, Champagne et Languedoc-Roussillon.

 

-          Enfin, une visite sur le terrain au château Haut-Brion est programmée vendredi après-midi avec pour finir l’inauguration d’une exposition aux archives départementales à laquelle vous êtes également toutes et tous invités.

 

 

 

 

Je remercie particulièrement

 

L’Ecole d’architecture et des paysages de Bordeaux, et Delphine Grail-Dumas, directrice adjointe qui anime la table ronde.

 

Les Archives départementales, qui inaugurent vendredi en fin d’après-midi une exposition sur les vignobles en Gironde, inauguration à laquelle vous êtes tous conviés.

 

L’Université de Bordeaux 3 et ses professeurs qui ont accepté d’intervenir au cours de ces journées, notamment Philippe Roudié qui animera les interventions de cet après-midi.

 

Les services régionaux de l’Inventaire, notamment ceux de Champagne-Ardenne et de Midi-Pyrénées.

 

Ainsi que l’ensemble des intervenants, en particulier ceux qui viennent de loin.

 

Nous remercions le lycée viticole de Blanquefort pour son intervention en fin de journée ainsi que le château Haut-Brion qui accueillera certains d’entre vous demain après-midi pour une visite et une dégustation.

 

Enfin l’ensemble du service du patrimoine et de l’Inventaire qui a organisé ces journées. Je tiens à souligner l’importance de la mobilisation de ce service, dans toutes ces composantes.

 

Merci de votre attention et bon travail à toutes et à tous..



retour page précédente...