Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

En fait… seul le rapport de force « Peuples - Synarques - États » fait évoluer les situations

Publié le 20/10/2013

Crise, Immigration, Economie, Europe, Marché, Réchauffement climatique... On disserte, on palabre à la radio, à la télé, dans les journaux... Et si tout cela était orchestré... Le complot n'est pas toujours une théorie.


"Les 3 clés des pouvoirs qui dirigent le monde" (Chez l'auteur philippe.dorthe@wanadoo.fr)  

Extrait : [... Pendant des décennies, le pouvoir synarchique a utilisé « la crise », élément structurel du capitalisme et du libéralisme, comme élément déclencheur d’actions visant à s’enrichir un peu plus.

Jusqu’à la moitié du XXe siècle, ces actions étaient essentiellement concentrées sur les grandes guerres mondiales occidentales.

On fait de l’argent avec l’économie de guerre (chars, avions, canons…), on décime des millions de femmes, d’enfants et d’hommes, on détruit toutes les installations de production, les équipements et infrastructures.

Quelques années plus tard, les mêmes relancent une économie de paix basée sur la reconstruction, ce que l’on a appelé après la dernière guerre « les trente glorieuses ».
Cette citation de Paul Valéry illustre parfaitement cela : « La guerre est faite par de braves gens qui s’entre-tuent sans se connaître au profit de gens qui se connaissent mais ne s’entre-tuent pas ».

Aujourd’hui, plus de grandes guerres occidentales, certainement et heureusement dû en partie à la construction européenne.

Alors que faire pour que nos élites de la synarchie à la tête de toutes les formes d’industries retrouvent le moyen de continuer à faire toujours plus d’argent ?
Et bien comme les virus, le système mute en tenant compte du nouvel environnement qui l’entoure.

Cette mutation s’est opérée de manière magistrale en tenant compte d’abord du pouvoir de la presse, puis de la rapidité de la circulation de l’information, avec la télévision et aujourd’hui internet. Utilisation entre autres des nouveaux principes du bien, que nous retrouvons dans nos trois formules « clé » définies dans les trois chapitres de mon propos.
Mise en œuvre de manipulations, de mensonges, financements de grandes causes populaires. Invention d’éléments virtuels de peur et d’angoisse, pressions sur les états pour renflouer les banques en faisant planer le risque d’une banqueroute planétaire et… le tour est joué.

Dans l’Histoire, la synarchie n’a trouvé sur son chemin pour la freiner que les grands mouvements populaires, comme le « Front Populaire » en 1936 ou la révolte estudiantine de 1968 qui, certes, a remis les mêmes au pouvoir mais a fait bien avancer la société moderne française.
En Amérique latine, c’est entre autres avec le brésil et le Venezuela d’Hugo Chavez, que la Synarchie a trouvé son grain de sable qui l’a légèrement ralentie…

Certains appellent ça des révolutions, mot dont il est important de rappeler qu’il n’est pas nécessairement synonyme de violence.
En fait… seul le rapport de force « Peuples - Synarques - États » fait évoluer les situations, tout en gardant bien à l’esprit que ce pouvoir « discret » qu’est la Synarchie est une hydre mutante, retombant toujours sur ses pieds…

D’où la nécessité de mise en œuvre d’une pression permanente, sur cette structuration mutante.
Le seul outil dont dispose les peuples c’est la « Conscience »; c’est pour cela que je terminerai cet article avec la phrase de Jean Jaurès : « Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience ».

En espérant que ce modeste travail apporte une petite pierre à cette « prise de conscience collective », en tout cas c’est le seul but qui m’anime.

Philippe Dorthe
Le 27 février 2011

SYNARCHIE : (Déf. Larousse) « Mode de gouvernement dans lequel plusieurs princes ou souverains administrent simultanément les diverses parties d’un État – Autorité exercée par un groupe de personnes ».
Afficher la suite



retour page précédente...