Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Intervention de Philippe Dorthe sur le transport fluvial et fluviomaritime.

Publié le 01/10/2019

Nous avons dans ce pays et dans cette région un réseau en site propre extraordinaire, immense, magnifique mais malheureusement sous-exploité, je veux parler du réseau des voies navigables...

Intervention de Philippe Dorthe sur le transport fluvial et fluviomaritime.

Assemblée Plénière du 9 juillet 2019

 

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Il n'y a pas de petit projet sur ce grand sujet et je ne vais pas encore vous raconter l'histoire du petit colibri qui modestement a fait sa part.

Je remercie Matthieu Bergé pour son exposé et sa délicatesse à me laisser le soin d'aborder avec vous un sujet qu'il connaît bien.

Nous avons dans ce pays et particulièrement dans cette région un réseau en site propre extraordinaire, immense, magnifique mais malheureusement sous-exploité et dont on ne parle quasiment jamais, je veux parler du réseau des voies navigables, les canaux, les rivières canalisées, les fleuves et bien sûr, les estuaires comme c’est le cas dans notre région.

 Je me souviens que dans cette assemblée il y a 21 ans, à l'époque où Jean-Louis Carrère était 1er Vice-président en charge des transports, j'avais rédigé ma première note sur le sujet du transport des déchets domestiques et banals par barges ou péniches en utilisant le canal de Garonne, la Garonne, la Dordogne et l’estuaire. 

 Ce sujet n'était pas d'actualité comme cela peut l'être aujourd'hui et les élus n'étaient pas encore assez conscients de la problématique du développement durable et de la transition énergétique.

Je pense que notre région devrait être à l'initiative d'une grande réflexion avec les professionnels sur ce type de transport. Le déchet banal ne nécessite pas de moyens de transport rapide. Il faut savoir qu'une barge ou une péniche par exemple gabarit Freycinet (38,5 mètres) consomme 4 fois moins d'énergie qu’un camion et émet 4 fois moins de gaz à effet de serre, je parle là avec des motorisations carbonées. Mais des motorisations nouvelles sont tout à fait au point.

 Sur ce sujet des énergies nouvelles, certains ont parlé dans cette assemblée et je partage ce qui a été dit, des motorisations à pile à hydrogène, je crois beaucoup à ce type d'énergie notamment en ce qui concerne les transports fluviaux ou fluviomaritimes.

Il y a quelques temps, la Compagnie Fluviale des Transports (CFT) a commandé un pousseur à moteur à hydrogène pour servir sur le Rhône.

Cette même compagnie a mis en place à Lyon un système extraordinaire de tri appelé RIVER'TRI où les personnes viennent déposer leurs déchets dans des barges à quai.

Une fois triés et conditionnés les déchets sont acheminés par voie fluviale vers les filières de valorisation.

 Ici en Nouvelle Aquitaine nous avons la capacité à mettre en œuvre des opérations du même type et quand on peut utiliser les rivières canalisées, les canaux et les fleuves pour transporter du fret, on peut aussi transporter des personnes.

Au niveau du fret, transporté sur domaine fluviomaritime, je vais vous raconter une petite anecdote ; "Vous avez au nord de ce département dans le Médoc une société qui distribue du matériel de jardinage à toutes les grandes enseignes. Cette entreprise voit passer devant sa porte les 800 containers annuels qui  l’alimentent et qui sont déchargés à Bassens pour ensuite remonter vers Le Verdon (Médoc) en camion". Je pense que nous avons là aussi des progrès à faire rapidement pour réacheminer ces containers sur des barges spécialisées.

Alors, on va nous dire que la rupture de charge entre un bateau et un camion coûte moins cher que la rupture de charge entre un bateau et une barge, mais c'est à ce prix qu’on va pouvoir avancer sur ce type de transport.

Je propose à notre Président de mettre en place une sorte de conférence permanente avec les professionnels pour développer ce type de transport avec des motorisations nouvelles en utilisant ce site propre qu’est la voie fluviale et fluviomaritime.

Pour rester sur les fleuves et le président Rousset l'a bien compris depuis longtemps, en ce qui concerne les énergies nouvelles, il n'y a pas là non plus de petites actions. 

Notre région a aidé des entreprises qui travaillent sur les énergies nouvelles, notamment une entreprise qui a mis en œuvre une hydrolienne permettant maintenant et après des expériences concluantes d'alimenter de nombreux types d’installations.

Une va bientôt être installée devant Bourg-sur-Gironde pour alimenter la piscine municipale et une partie de l'éclairage public.

Je pense que nous devrions inciter les collectivités et les communes mais aussi les grandes collectivités qui mettent en œuvre des grands travaux, je pense notamment, à la construction de ponts, à se diriger vers ces nouvelles énergies.

Une hydrolienne peut très facilement fournir l'énergie nécessaire à l'éclairage et à la maintenance d'un pont.

Le développement durable, la transition écologique, l’agro-écologie… doivent devenir l’industrie de demain qui génèrera les emplois de demain. La décroissance n’est pas la solution, mais la croissance « verte », inscrite dans une forme d’industrie du circuit court sera le socle d’une nouvelle société. 

Voici mes chers collègues deux petits sujets simples, concrets et rapides à mettre en œuvre, le transport fluvial et l’utilisation des hydroliennes. Comme l’aurait dit Neil Armstrong, un petit pas pour l’Homme mais un grand pas pour notre grande région !

Philippe Dorthe

Le 09 juillet 2019



retour page précédente...