Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

Archives de tous mes éditos

retour à la liste des éditos...


 
Edito du 22/11/2007 
  > Bordeaux 2008, enjeu local et national


 

Le livre de Philippe Dorthe : 
Bon de commande.


Le " CANTON INFO N°5 " est arrivé… Lire le document

Conseil Général : Motion sur le pont du pertuis, adoptée à l’unanimité. Lire la motion

Conseil Général : Motion entreprise CEWECOLOR, adoptée à l’unanimité. Lire la motion


Blog des correspondants de SO sur le 1er canton de Bordeaux

Chartrons Isabelle CAMUS

Bacalan Alain MANGINI


" Opération FRANKTON " Remise de gerbes


Quartier Haussmann : Réunion avec les riverains pour envisager le déplacement de l'entrée du Lycée St-Louis.

Visite de Michèle Delaunay, Philippe Dorthe et Martine Diez, à l'entreprise CEWECOLOR,

MUNICIPALES :

www.bordeaux-rousset.fr

Réunion publique aux Chartrons


Compte-rendu de la visite d'Alain ROUSSET aux associations de Bx-Nord


CANTONALES :

Désignation 1er canton de Bordeaux

Philippe DORTHE (Bordeaux 1), Florence LAMARQUE (Bordeaux 3), Mathieu ROUVEYRE (Bordeaux 5) et Daniel JAULT (Bordeaux 7) sont officiellement candidats du Parti Socialiste pour les cantonales à Bordeaux en mars 2008. Le 4ème canton brigué par Brigitte COMARD est "gelé" en attente des négociations avec les Verts.

3ème canton : Blog de Florence LAMARQUE

5ème canton : Blog de Mathieu ROUVEYRE


DOSSIER :

Pont du pertuis : Contribution de Sandrine DOUCET
"Pont du pertuis : Pour un XXI° siècle maritime"

Pont du pertuis : Lettre ouverte à Alain JUPPE.

Pont du pertuis : Article Bordeaux 7. 31/10/07

Pont du pertuis : Réponse au tract de M. Canovas conseiller municipal UMP

pont du pertuis : Article du journal Aujourd'hui en France 21/11/07


EDITO

Bordeaux 2008, enjeu local et national
 

L’économie française est en berne depuis cinq ans, et la situation s’est encore détériorée depuis l’élection présidentielle. La croissance ? Elle stagne. L'emploi ? Notre taux de chômage reste le plus élevé de toute l'Europe, avec la Pologne. Le pouvoir d’achat ? Les prix du pain, du lait, de l'essence s'envolent, comme les loyers, au détriment des plus modestes d'entre nous. Les salaires ? La proportion des salariés au SMIC a doublé en quinze ans ; 40% de Français vivent avec moins de 1300 Euros par mois.

 

Chacun commence à le percevoir : la politique économique du gouvernement ne résoudra rien. Le "paquet fiscal" voté cet été suscite moins la confiance des entrepreneurs que la méfiance des Français, la défiance des économistes et la consternation de nos partenaires européens. Des milliards engloutis dans des cadeaux fiscaux aux plus aisés, un impact dérisoire sur la croissance et surtout un coût exorbitant (15 milliards d'euros, 100 milliards de francs !) financé par une diminution du service public, de nouvelles taxes sur la santé et très probablement une hausse de la TVA… après les municipales. Ce véritable "boulet fiscal" interdit toute marge de manœuvre dans un budget national déjà grevé par la dette. De facto, le choix est fait de ne pas investir massivement dans l'essentiel : innovation, éducation, réduction des inégalités. La rupture promise est une fracture.

 

Ce décrochage dramatique au plan national, les Bordelais en vivent quotidiennement les conséquences. Derrière les belles façades, un habitant sur deux ne paie pas l'impôt sur le revenu. Trois sur quatre sont éligibles au logement social. Plus d'un Bordelais sur cent est SDF. Les travailleurs pauvres, les sans-emploi, les familles modestes quittent la ville avec l'explosion des loyers et la raréfaction des commerces.

 

Les échéances électorales de 2008 prennent tout leur sens dans ce contexte préoccupant. C'est l'unique occasion pour la gauche, avec toutes les forces de progrès, de donner un nouveau souffle à Bordeaux en portant l'alternative d'une politique à la fois plus dynamique et plus solidaire.

 

Nous devons être audacieux et crédibles, inventifs et rigoureux, visionnaires et concrets. Sur la question économique et sociale : relancer l'économie en attirant les PME innovantes et en ramenant le commerce et l'artisanat dans le centre-ville. Juguler la spéculation immobilière en utilisant pleinement les outils dont dispose la commune. Créer les infrastructures nécessaires pour la petite enfance, les jeunes, les seniors. Sur l'environnement : mettre en œuvre un véritable Agenda 21. Utiliser tout le potentiel de la Garonne en matière de transport fluvial. Sur l'Europe : multiplier les partenariats dans le réseau des grandes villes européennes, notamment atlantiques. Faire rayonner Bordeaux sur la base non pas seulement de son histoire prestigieuse, mais bien de sa créativité actuelle. Sa modernité.

 

Ces propositions, développées dans mon livre*, sont les conditions nécessaires d'un autre développement de la ville. Mais ce n'est pas suffisant. Au plan politique, il nous faut également tirer les leçons des élections présidentielles et législatives et - pourquoi le nier ? - de nos erreurs. Traiter d'abord, sérieusement, les questions de fond. Alain Rousset l'a amplement démontré: la gauche n'est pas moins crédible pour gérer l'argent public. Ne pas avoir peur d'innover, dans tous les domaines. Enfin, jouer collectif. Notre ville a besoin d'une équipe unie, rassemblée autour d'un projet commun qui s'appuie sur une vraie dynamique démocratique citoyenne.

 

Qu'on ne s'y trompe pas : l'enjeu à Bordeaux sera autant local que national, pour deux raisons. D'abord parce que dans un régime où la droite détient quasiment tous les pouvoirs, le scrutin de Bordeaux sera, avec celui d'autres grandes villes, déterminant pour préserver ce qu'il reste d'équilibre démocratique. Ensuite parce que les élections de 2008 donneront ou non au gouvernement la liberté nécessaire pour conduire la politique qu'il n'ose dévoiler aujourd'hui. Un nouveau budget, d'austérité. Un plan de rigueur pour les services publics. Sans oublier la TVA dite "sociale", la généralisation des franchises médicales et les autres taxes déjà à l'étude, comme cette scandaleuse franchise judiciaire.

 

Un mot enfin sur Alain Juppé. Malgré quelques initiatives, il n'a pas su se départir du "système Chaban". Et à bien des égards, sa situation politique est aujourd'hui comparable à celle de son prédécesseur il y a vingt-cinq ans. Une situation qui figea Bordeaux dans un "splendide isolement" dont elle n'est toujours pas vraiment sortie.

 

Je ne me résigne pas à ce que l'histoire se répète. Bordeaux est plus qu'un décor. Notre ville est certes magnifique; nous la voulons dynamique. Elle reste solitaire; nous la voulons solidaire. Moins hautaine, austère ; plus humaine, moderne. Aussi riche de son patrimoine que forte de son avenir. C'est le défi de 2008. Avec Alain Rousset, nous le relèverons.

 

Philippe Dorthe

* "Bordeaux Mode de ville", Pleine Page Editeur, 2007


La fontaine Bartholdi place Picard.
Réflexion sur l'oppotunité d'une réimplantation de la fontaine Bartholdi place Picard.



DEVELOPPEMENT DURABLE - ECOLOGIE URBAINE :
"Ne mégotons pas sur les métaux lourds..."


Europe : Traité simplifié : Référendum ou pas référendum ? Contribution de Florence LAMARQUE

Quelques dossiers :
Bordeaux : Pour un réseau de bateaux-bus.

Bateaux-bus : Tract

Eco-quartier-association H-NORD

Bacalan: Le pont du pertuis en 3 D

Paroles de la chanson "Le chiffon rouge"



retour à la liste des éditos...