Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

Archives de tous mes éditos

retour à la liste des éditos...


 
Edito du 04/11/2009 
  > « Centre culturel du vin », « grand stade »… ou DES CERISES EN HIVER AUX CERISES SUR LE GATEAU

Claveau :

Philippe Dorthe saisit la CUB...


(Lire l'article de SO)


Lettre de l'UBAPS

Lettre de l'UBAPS (Union Bordeaux Nord des Associations de Prévention Spécialisée) envoyée au Maire de Bordeaux et au Directeur de la sécurité publique, concernant l'implantation de l'association BPSS-33.
(Lire la lettre)


LE CANTON INFO N°6

En avant première sur le WEB et bientôt dans votre boîte aux lettres...
(Chargez le Canton Info N°6)


P.L.U (Plan Local d'Urbanisme) à Bordeaux

Le collectif des riverains des Chartrons conteste la hauteur (4 étages plus un demi étage) de trois résidences rue Joséphine...

(Article de SO avec mon interview)



REGION AQUITAINE : 100 000 € pour HAITI.
 
Alain ROUSSET Président du Conseil Régional d'Aquitaine, proposera lors de la prochaine Commission Permanente du 8 février de faire voter une aide de 100 000 € pour Haïti : 50 000 € pour "MEDECINS DU MONDE" et 50 000 € pour "TELECOM SANS FRONTIERE". En effet la remise en état du réseau de télécommunications est fondamental pour la logistique des secours.



Le "Vert" Chausset : Suite et fin !!!
La petite phrase de G. SAVARY...
La Petite Phrase de Gilles SAVARY ce matin dans Sud-Ouest : "Dès qu'il est question de rails, je fais confiance à Philippe DORTHE car, lui, c'est un authentique cheminot." Gilles SAVARY, à propos de la polémique à Bacalan concernant la fréquence du Tramway.
(Lire l'article)



Le "Vert" G. Chausset :

Contre le TRAM équitable
"

Droit de réponse à l'article du Vert Gérad Chausset sur le TRAM à Bacalan:

Monsieur Chausset, s’il y a un outil public qui symbolise l’équité, c’est bien les transports publics. Oui à Bordeaux-Nord , quartier oublié, qui n’a toujours pas le tri sélectif, dont les trottoirs sont pourris, où l’égalité des chances est moins forte qu’ailleurs, les habitants ont besoin de se sentir, pour une fois, équitablement servi.

Oui à Bacalan, l’impôt est particulièrement élevé en rapport au retour sur cet investissement  citoyen.

Monsieur Chausset devait être partisan de la desserte de Bordeaux Nord par un simple bus, vu ses dires cela aurait suffi à la « plèbe » de l’au-delà des Bassins à flot. Vraiment, Gérard Chausset ne fait pas la fierté de son parti en prônant la discrimination et en montrant son manque d’humanisme. Chaque parti porte sa croix !
(Lire l'article de G. Chausset)

(Commentaires suscités par la position de G. Chausset)







BACALAN : Inauguration de l'AEC...

L'agence du Conseil Régional d'Aquitaine, AEC (Aquitaine Europe Communication) s'installe à Bacalan, rue Achard...
(Lire l'article d' AQUI)



BONNE ANNEE...

En cadeau ce très beau chant basque.

"Txoria txori". Inspirée par un sentiment sur la liberté de l'être aimé, le poême Txoria txori fut mis en chanson dans un contexte lui donnant un sens éminemment politique. (l'Espagne de Franco tous les chanteurs basques étaient censurés). Traduction : L'oiseau oiseau. Si je lui avais coupé les ailes - Ella aurait mienne - Elle ne se serait pas enfuie - Mais alors - Elle n'aurait été plus oiseau - Et moi - C'est l'oiseau que j'aimais
(Ecoutez : Laissez charger la vidéo)


Les Riverains des Chartrons...

Continuez à signer la pétition
Un projet de barre d'immeubles de 15 à 18 mètres de haut dans le quartier Dupaty, sans respect pour les habitants, pour les immeubles existants, face aux écoles, sans parkings suffisants... Un projet non adapté !!!
(Signez la pétition)



Bateaux-Bus : Articles anciens.
(Lire les articles)



URBANISME A BORDEAUX NORD

C’est donc ça… La majorité municipale n’a donc comme objectif, à travers les constructions anarchiques qu’autorise le PLU, que de vouloir changer la sociologie du canton de Bordeaux Nord…  

En tout cas, c’est ce que laisse entendre l’article de Sud-Ouest du 05 décembre 2009, qui décrit mon combat contre ces constructions de promoteurs avides de M2 Shon (surface hors oeuvre nette), comme une peur de voir débarquer une nouvelle population qui me serait défavorable aux élections…

Quelle pensée étriquée. Pire encore ! Une analyse politique de débutant. En effet, tout le monde sait parfaitement que l’urbanisme porté par la défiscalisation et l’accès à la propriété favorise les classes moyennes et moyennes supérieures, qui sont aujourd'hui la base du vote socialiste. Cela s’est d’ailleurs vérifié aux élections cantonales où, dans les nouvelles constructions des Chartrons, le vote de gauche a été particulièrement important.

Il est bien triste de voir cette démarche de basse politique, dont les porteurs travaillent pour leurs intérêts électoraux tout en cautionnant celui de la spéculation.

Dans l’évolution nécessaire de nos quartiers, c’est bien l’être humain qui doit prévaloir. C’est bien un urbanisme concerté qu’il nous faut. Un urbanisme basé sur des constructions accessibles à tous, où les nouveaux venus bénéficient d’appartements qui ne soient pas que le minimum autorisé par la loi, en surface, comme on le voit dans certaines nouvelles résidences du nord des Chartrons…

Quand on s’occupe un peu de ses concitoyens et que l’on reçoit régulièrement, dans les permanences, ces nouveaux arrivants qui cumulent les problèmes avec les bailleurs, notamment au sujet des malfaçons, on se rend bien compte du « ratage » de cette politique de promotion immobilière précipitée.

Il existe, sans s’occuper d’électoralisme, des méthodes, douces, durable et harmonieuses, capables de faire venir des nouvelles populations au cœur de nos quartiers. Sans oublier que la 1ère chose à faire est de penser, en amont, aux nouveaux équipements de services, qui viennent toujours très en retard, comme à Haussmann, par exemple, où l’école a été livrée des années après la construction des premières tranches, et très vite saturée car …pensée trop petite.

Enfin, pour être conscient de tout cela, encore faut-il  vivre en immersion dans les quartiers que l’on a la prétention de vouloir gérer…

Philippe Dorthe




AGENDA 21 à Bordeaux...


La ville de Bordeaux ne s'est dotée d'un AGENDA 21 qu'en février 2009, voici ce que j'écrivais dans mon livre en octobre 2007…
Après le Conseil Economique et Social Municipal, voici la 2ème idée piquée par le maire de Bordeaux…


« La réponse politique aux défis écologiques...

L’intérêt pour l’écologie ne peut rester une niche,

une mode, une stratégie, un effet d’annonce.

Demain est entre nos mains.  (Lire la suite)




"Bordeaux mode de ville"

En octobre 2007 j'ai publié un livre "Bordeaux mode ville", il inspire le Maire de Bordeaux... (1er acte).

Aujourd'hui, je me rends compte avec délectation que cet ouvrage inspire régulièrement le Maire de Bordeaux. La première idée qu'il m'a piquée c'est la mise en oeuvre d'un Conseil Economique et Social Municipal.(page 44).

" La mixité urbaine a pour vocation de ne pas
systématiquement éloigner les usines et les
ateliers hors de la ville. Double gageure, car la
production nécessite des moyens de transport
importants (problème de circulation), des
surfaces importantes et comporte des risques de
pollution par l’air, la terre et l’eau. Il va sans dire
que ces unités de production ou de réparation ne
pourront être qu’à taille humaine, de préférence
en bord de fleuve pour favoriser le transport
fluvial ou dans des secteurs périphériques de la
ville tout en n’autorisant pas la concentration
de telles unités, sinon en pôles d’entreprises
de services afin de mutualiser des prestations
(secrétariat, comptabilité, juridique) permettant
d’améliorer les coûts de fonctionnement.
Voilà pour les grandes lignes et l’esprit de ce qui
pourrait être une nouvelle politique municipale
de l’économie urbaine.
Cette politique, nous devons la mener avec
les forces vives et les compétences existantes
associées dans une structure qui serait un Conseil
économique et social municipal,
pourvoyeur
d’idées et de conseils, mais dotés de suffisamment
de moyens pour lancer des études précises, non
complaisantes, sur tel ou tel quartier, tel ou tel
secteur d’activité, pour élaborer et lancer des... "
(Le livre)
(Article de Sud-Ouest : sortie du livre)


Alerte au béton...
Pétition de l'association "Les riverains des chartrons"
Un projet de barre d'immeubles de 15 à 18 mètres de haut dans le quartier Dupaty, sans respect pour les habitants, pour les immeubles existants, face aux écoles, sans parkings suffisants... Un projet non adapté !!!

(Signez la pétition)


BATEAUX BUS à BORDEAUX...

Profitons du changement de délégataire des transports en commun de la CUB, pour relancer l'idée d'un réseau de BATEAUX BUS sur la Garonne. De nombreuses études ont été réalisées et toutes accouchent "d'usines à gaz", alors qu'il est facile de réaliser un réseau performant à un coût très raisonnable... Ce qui est possible à Nantes l'est à Bordeaux!!!


Facilement intégrable au plan de déplacement urbain, ce réseau desservira par des haltes successives les rives de la Garonne. Les escales retenues sont, dans un premier temps, les suivantes : Lormont, Bordeaux (Bacalan, les hangars des quais, Quinconces, Bastide, Richelieu), Bègles. Ce grand réseau fluvial urbain, en dehors de son utilité intrinsèque de service public, sera en parfaite cohérence avec une politique départementale et régionale de développement du tourisme fluvial. Les prestations offertes par ces "bus fluviaux" permettront, notamment en période de crêtes de la fréquentation touristique, le captage des visiteurs, qui représentent de fait une clientèle potentielle supplémentaire pour les produits touristiques fluviaux existants déjà en Gironde. C'est également un mode de transport doux et durable...

Pour relancer ce projet merci de m'envoyer vos coordonnées en cliquant sur : philippe.dorthe@wanadoo.fr

Bordeaux : Pour un réseau de bateaux-bus.

Bateaux-bus : Tract





TRAM à Bordeaux-Nord
(Le Journal de TV7 du 10 novembre 200)

Commentaire de Pascal Lafargue :
Evidemment oui, c'est encore une forme de discrimination !! Merci Philippe d'être toujours au cœur du combat pour la défense de ce quartier qu'on aime tant.
Et merci aussi de rendre limpides ces questions complexes de logique d'exploitation qui font la "mamie d'ici" attend 20mn un tram qui passe toutes les 4 mn ailleurs.



Bacalan, un quartier hors la ville...

Commentaire
de Elisa DIJOLS : Monsieur le conseiller général, propriétaire d'une maison à Bacalan depuis deux ans et demi, je ne peux qu'adhérer totalement à votre dernier article concernant la non-gestion de notre quartier par la ville de Bordeaux. J'avoue que souvent,... (Lire la suite) 

Commentaire de Pascal LAFARGUE, Président d'EMAÜS : Beau texte, Philippe.Ce quartier c'est ta vie. C'est aussi ta légitimité.Ne lâche rien de ce qui te lie aux "vrais gens"....Amitié, Pascal




Bacalan, un quartier hors la ville...

Je suis en colère...

La typicité de Bacalan, c’est son histoire, l’histoire du port, l’histoire de ses activités fortement tournées vers l’industrie maritime d’antan, c’est aussi à l’évidence sa population d’origine qui a su développer une identité forte. La spécificité de Bacalan, c’est son tissu associatif très vivant, très ancien, c’est en bref un savoir-vivre dans un quartier qui garde son âme.

C’est pourquoi, Bacalan est régulièrement " étudié " à travers des ouvrages, est mis en scène dans des romans, des BD…tout ce qui n’est pas aseptisé, et c’est le cas de ce quartier, est intéressant et plaît dans un monde trop uniformisé. Fini le temps où l’on n’osait pas se risquer jusqu’au " quartier nord ". Aujourd’hui, la moindre manifestation festive attire. " Bacalan, c’est tellement authentique ! " Authentiques, les friches industrielles, témoins de ce passé laborieux, authentiques les bassins à flot, les petites échoppes disparates, les " personnages bacalanais ", un peu grandes gueules, qu’on verrait très bien tout droit sorti d’un film de Marcel Carné. Un remake de Quai des brumes, lorsque l’on entend encore quelquefois les cornes de brume sur la " rivière ". L’imagerie est séduisante pour les visiteurs qui, le temps d’un week-end, d’un événement, d’une sortie en vélo…, sillonnent ce quartier si attachant.

Oui, mais voilà, Bacalan n’est pas un film, ni un bouquin. Des gens y habitent, de vrais gens, anciens ou nouvellement installés. Et que voient-ils, ces gens, ces bacalanais. Ils voient un quartier en déshérence totale. J’ai oublié de dire que Bacalan est un quartier de Bordeaux. A moins que ça ne soit Bordeaux qui ait oublié que Bacalan est l’un de ses quartiers.

Mauvais esprit ! Non pas.

Ici, tout vient lentement. Par exemple, le tramway. Bacalan est le dernier quartier bordelais desservi. Le bout du bout de la deuxième phase. Un finisterre. Soit ! Il faut un dernier. Mais, c’est un dernier au rabais. Alors que partout ailleurs, le tram est, selon le terme des spécialistes, " cadencé " toutes les 4 minutes, entre les arrêts Bassins à flot et Claveau, on patiente au minimum 15 minutes avant de voir une rame arriver. La raison : n’atteint Bacalan qu’une rame sur trois. Pourquoi ? Allez savoir !

Autre exemple. Alors que chaque quartier de Bordeaux bénéficie, depuis déjà longtemps, du tri des déchets ménagers avec les trois poubelles dédiées, et bien, à Bacalan, on ne trie pas, monsieur, on jette.

Pour ce qui concerne les équipements publics, mieux vaut ne pas être pressé non plus. La salle Point du jour-Pierre Tachou a été espérée 60 ans.

Finalement, est-ce que Bacalan, c’est Bordeaux ?

J’ai tendance à répondre que non, et cependant je connais bien la géographie de la ville pour avoir circulé (en 53 ans) dans beaucoup d’autres quartiers ? Voici quelques observations.

La voirie est dans un état lamentable : chaussées déformées, ornières, trottoirs disparates avec des différences de niveau, des segments goudronnés et d’autres non…une végétation luxuriante qui pousse partout. Pas de travaux significatifs, aucun entretien depuis…des années.

La propreté est inexistante : dépôts sauvages réguliers au coin des rues.

Le bâti donne un sentiment d’abandon : les friches ressemblent à des friches, c’est logique, mais beaucoup d’habitations sont dans un état proche de l’effondrement. Une façon pour les promoteurs d’insérer des programmes immobiliers à forte rentabilité mais à faible intérêt architectural. Le " génie du lieu " n’empêche pas de concevoir des projets modernes, adaptés et inscrits dans l’environnement urbain pour répondre aux besoins en logements. Or là, on s’interroge à juste titre sur l’urbanisme futur du quartier.

Les commerces sont rares : les travaux d’implantation du tramway qui ont traîné en longueur, ont abouti au départ de nombreux commerces de proximité. Il n’est qu’à marcher le long de la rue Achard, triste à pleurer, pour compter le nombre incroyable de pas de porte désaffectés.

Plus de boucher-charcutier, ni de poissonnier, la liste est bien longue et bien entendu plus de lien social qu’assurait le commerce de proximité comme on en remarque partout ailleurs dans la ville. Casse-tête pour faire ses courses !

Un mot sur l’esthétique du quartier : aucun embellissement, aucun fleurissement, aucune gaîté…

Alors qu’il y a vingt ans un autre mur tombait, ici on va en construire un autre, histoire de bien ghettoïser le quartier. De quoi s’agit-il ? Du futur pont Bacalan-Bastide qui va construire une fracture supplémentaire entre la ville et Bacalan. On entend cependant les discours des décideurs ici ou ailleurs : mixité, couture urbaine, créer des morceaux de ville…A Bacalan, on fait l’inverse. Pourquoi tant de haine ?

Philippe Dorthe

11/11/2009




Tram
(Commentaire de : Alain ESCADAFAL Chercheur-enseignant en Aménagement Touristique
Directeur du Master Professionnel Aménagement Touristique (AGEST)
Institut d'Aménagement, de Tourisme et d'Urbanisme
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)




Tram à Bacalan (suite)
(Echo Sud-Ouest du 10/11/09)


TIR-BOUCHONNERIES...

Le Tir-Bouchon du Sud-Ouest du 07/11/09
(Lire)


L'identité française c'est la République Laïque
Un article de Marie-Noëlle LIENEMANN


TRAM à Bacalan

Lettre au directeur de la mission tramway de la CUB, pour que le quartier de Bacalan bénéficie comme le reste de Bordeaux, d'une fréquence de 4mn au lieu de 12mn, soit, un tram sur 3.
Ce quartier de Bordeaux est bien délaissé... Sauf pour la taxe d'habitation et foncière...
(Lire la lettre)


EDITO

" Centre culturel du vin ", " grand stade "… 

ou : DES CERISES EN HIVER AUX CERISES SUR LE GATEAU...

Depuis quelques mois, le maire de Bordeaux occupe les médias en annonçant des projets toujours plus somptueux. Après l’épisode " Evento ", nous passons maintenant à la période " Centre culturel du vin " et " grand stade ".

Que des petites opérations !

Le centre du vin 55 M € et le grand stade 240 M d’€. Une paille…

Dans l’absolu, il n’est pas inconvenant de penser à de telles réalisations, si ce n’est qu’aujourd’hui les temps ont changé. A moins de vivre dans une bulle, on se rend bien compte de l’état des finances publiques et des difficultés des " ménages " comme les instituts de sondage aiment à qualifier les français.

Penser, qu’en période difficile, la relance passe par de grands travaux, relève d’une théorie qui fonctionnait pour résoudre, en partie, des crises conjoncturelles. Aujourd’hui, c’est bien une crise structurelle que nous vivons et qui touche de plein fouet tout un chacun en mettant à mal toutes les actions curatives inventées par les économistes.

Etre contre les projets d’Alain Juppé serait absurde. Mais y souscrire tête baissée relèverait d’une inconséquence doublée d’irresponsabilité.

L’actualité nous impose de porter nos positions sur le terrain politique.

Aujourd’hui, le quotidien des gens n’est-il pas rythmé par le chômage, par le manque de logements accessibles à tous, par un régime de santé de plus en plus menacé, par une éducation malmenée et déconsidérée, par une demande grandissante de formation professionnelle, par un besoin de transports en commun performants… ? Apparemment monsieur Juppé ne voit pas tout cela et continue, sans aucune pause, sa politique d’imperator.

Il veut donc forcer le partenariat des autres collectivités, en leur imposant la technique de la seringue ou de l’entonnoir. La méthode est simple : beaucoup de bruit, d’articles pour entretenir une image valorisante qui présente notre édile comme l’homme des projets providentiels, en oubliant bien sûr de dire que c’est avec, au moins, 80% de l’argent des autres.

Et si ces autres là, ont l’outrecuidance de ne pas marcher dans la combine, ils deviennent bien entendu ceux qui prônent l’immobilisme, la ringardise, ayant pour seul but d’entraver la providence.

Pour tous ses projets, le maire demande aux collectivités, et quasiment sans condition, de mettre sur la table des dizaines de millions d’euros.

Par exemple, pour le centre du vin, le maire incite les collectivités, à adhérer à un comité de pilotage du projet moyennant la somme de 132.000 €. Pendant ce temps, on apprend que la mairie a déjà lancé un appel d’offres pour le choix de la société qui va conduire le projet. Par ailleurs, la mairie a décidé seule du lieu d’implantation. C’est dire l’importance que porte le maire de Bordeaux à ce comité de pilotage " démocratique ", ce qui ne l’empêchera pas de demander à la Région les 6M d’€ de participation à la réalisation du musée.

Pour le grand stade, aucune réponse satisfaisante n’a été apportée à la demande du président Alain Rousset. A savoir : le devenir du stade Chaban Delmas et le rôle des collectivités sollicitées pour le financement dans le choix de l’ingénierie du projet.

Si Monsieur Juppé est pressé de boucler son tour de table, c’est qu’il doit y avoir des raisons. S’il ne peut attendre, qu’il paye ! Sinon, il devrait comprendre que les éventuels partenaires publics puissent regarder midi à leur porte et se centrer en priorité sur leurs missions obligatoires plus que sur les cerises du gâteau du maire de Bordeaux.

D’ailleurs, pour tout le monde, le gâteau s’amenuise. Il n’en restera bientôt plus que les cerises uniquement dévolues à la gloire d’Alain Juppé qui aimerait bien être ce qu’il aura du mal à devenir : un grand bâtisseur… N’est pas Kheops qui veut.

Philippe Dorthe





Réforme des collectivités territoriales...
Très bonne note critique de Alain ANZIANI
(Lire la note)



France 3 Aquitaine
Emission " La voix est libre"
Avec Luc Paboeuf Président du Conseil Economique et Social et Philippe Dorthe Vice-Président du Conseil Régional.
(Regarder la vidéo)



TV7 : Emission "Tous comptes faits"
Invité Philippe Dorthe : Bilan touristique.
(Regardez la vidéo : Curseur sur 4mn14s)





Blog des correspondants de SO
sur le 1er canton de Bordeaux

Chartrons Isabelle CAMUS

Bacalan Alain MANGINI



DOSSIERS :

Pont du pertuis : Contribution de Sandrine DOUCET
"Pont du pertuis : Pour un XXI° siècle maritime"

Pont du pertuis : Lettre ouverte à Alain JUPPE.

Pont du pertuis : Article Bordeaux 7. 31/10/07

pont du pertuis : Article du journal Aujourd'hui en France 21/11/07

La fontaine Bartholdi place Picard.
Réflexion sur l'oppotunité d'une réimplantation de la fontaine Bartholdi place Picard.


DEVELOPPEMENT DURABLE - ECOLOGIE URBAINE :
"Ne mégotons pas sur les métaux lourds..."

Quelques dossiers :

Bordeaux : Pour un réseau de bateaux-bus.

Bateaux-bus : Tract

Eco-quartier-association H-NORD

Bacalan: Le pont du pertuis en 3 D

Paroles de la chanson "Le chiffon rouge"

retour à la liste des éditos...